GIPM

A. Historique

Le groupement d’intervention contre les pollutions marines, à été initié le vendredi 14 mars 2008, par la signature d’une charte de partenariat, au sein des locaux de l’entreprise régionale côte d’azur de la Lyonnaise Des Eaux, entre ses six membres co-fondateurs. C’est par cette charte historique que les deux principes fondateurs du GIPM ont été scellés.

– Les règles de constitution du GIPM
– Le principe de la mutualisation des compétences et des moyens.

La vocation principale du GIPM est de définir et de mettre en oeuvre des moyens et des procédures, permettant de mener de la façon la plus sécurisée et la plus efficace possible, la lutte contre les pollutions accidentelles en milieu aquatique.
Motivé par son positionnement géographique de proximité avec le bassin méditerranéen et une prise de conscience des enjeux majeurs liés à la préservation de cette mer tout particulièrement vulnérable, les instances dirigeantes du groupement ont très rapidement ambitionné un vaste programme de fédération et de mutualisation de sociétés privées et de moyens publics. Support originel du plan Infra Polmar de Cannes, le GIPM est devenu en moins de 10 ans et au travers de plus de 30 sociétés privées, capable de mobiliser en quelques heures, un ensemble de moyens humains et matériels sur des interventions anti pollution d’envergure.
Grace à son historique et son expérience, le GIPM est devenu une véritable force transfrontalière reconnue et représentée dans plus de 20 pays.

B. Missions

Les missions du GIPM sont aujourd’hui multiples. Fédérer, développer, agir et informer pour la protection de l’environnement et cela à une échelle internationale.

– Mutualiser et fédérer les savoir-faire et les compétences en matière de logistique et de gestion des situations d’urgence.

– Développer une capacité opérationnelle exemplaire avec des équipes de dépollution pouvant intervenir sur tout le territoire français et le bassin méditerranéen 24h/24 et 7j/7.

– S’impliquer humainement et financièrement dans la recherche et le développement de nouveaux moyens de lutte anti-pollution ou dans l’optimisation des moyens existants.

– Informer et sensibiliser les nouvelles générations sur les enjeux liés à la compréhension et gestion des problématiques environnementales.

– Former à la compréhension et mise en pratique des techniques et moyens de lutte contre les pollutions accidentelles et chroniques.

– Initier et construire par l’intermédiaire de ses représentants internationaux, une conscience humaine à la fois intellectuelle, technique et technologique et ce au service exclusif de la préservation du patrimoine environnemental de l’humanité.